Borreliose, Maladie de Lyme (F)

Surdiagnostic

  • La sérologie est demandée trop souvent, celle ci ne doit être utilisée que pour étayer un diagnostic clinique.
  • Indications:
    • Suspicion de lymphocytome bénin 
    • Suspicion d'acrodermatite atrophique
    • Paralysie faciale périphérique
    • Méningite lymphocytaire aiguë ou chronique
    • Myéloméningoradiculite
    • Encéphalomyélite chronique progressive
    • Monarthrite
    • Bloc atrio-ventriculaire transitoire
  • La sérologie n'est pas indiqué en présence des tableaux suivants:
    • Erythème migrant
    • Fatigue chronique
    • Plaintes vagues
    • Symptômes neurologiques peu clairs sans antécédents de (symptômes de) borréliose
    • Pour le suivi du traitement
  • Considérer les diagnostics différentiels:  FSME, ehrlichiose, babésiose, rickettsiose, tularémie
  • Une sérologie positive isolée sans manifestations cliniques ne justifie jamais la mise en place d'une antibiothérapie spécifique
    • elle indique seulement une exposition aux borrélies
    • elle ne permet pas de conclusion quant à une quelconque activité de la maladie

Précoces

  • Forme précoce localisée 
    • Erythème migrant (EM), les lésions peuvent être multiples
  • Formes précoces disséminées
    • Atteinte cutanée - lymphocytome bénin (localisation acrale, surtout oreille, mamelons, testicules)
    • Atteinte nerveuse - paralysie faciale, méningite, radiculopathie 
    • Atteinte cardiaque ("cardite de Lyme") - troubles du rythme

Tardives

  • Arthrite de Lyme
  • Système nerveux:  neuropathie périphérique, encéphalomyélite
  • Acrodermatite chronique atrophiante

Généralités

  • Test de dépistage (ELISA) indiquée seulement si manifestions cliniques
    • Réaction croisée avec la syphilis possible
    • Exception (faux négatifs):  Erythème chronique migrant
  • Test de confirmation si le test de dépistage est positif: Immunoblot
  • Sérologie/Immunoblot
    • N'indique pas le degré d'activité de la maladie
    • Confirme qu'il y a eu exposition aux borrélies
    • Inutile pour le suivi
  • Non contributifs:
    • Rechercher les borrélies dans les tiques
    • Sérologie après morsures de tiques sans symptômes

Peau

Erythème migrant

  • L’image clinique apparait typiquement 3-32 jours après la morsure (médian : 7 jours), diamètre > 5 cm.  Les réactions immédiates sont en général toxiques ou allergiques et non pas causées par les borrélies.
  • La sérologie n’est pas contributive à ce stade car souvent négative (la séroconversion n’a pas encore eu lieu)

Acrodermatite chronique atrophiante

  • L’image clinique précoce est ambiguë :  La lésion est rouge-violacée, mal délimitée, associée à un œdème sous-cutané, souvent localisée sur la face d’extension des extrémités.  Au stade final (plus de 6 mois après la morsure) la peau  s’atrophie « en papier de cigarettes » et le réseau des vaisseaux sous-cutanés devient visible.
  • Il est important de poser le diagnostic rapidement, car les stades précoces peuvent régresser en totalité, lors des stades tardifs seule la progression des lésions peut être arrêtée.
  • Confirmation par PCR spécifiques des borrélies dans la biopsie cutanée (Sensibilité estimée à 70-90%)

Lymphocytome bénin

  • Plaques indolores violettes (oreille, mamelons, scrotum)
  • Dans les deux mois après la morsure de tique
  • Sérologie positive dans 80% des cas
  • Si sérologie négative, PCR pour borrélies sur biopsie cutanée à discuter

Arthrite

  • Le plus souvent monoarthrite des grandes articulations, surtout du genou, plus rarement du coude ou de l’articulation tibiotarsienne
  • 4 à 6 mois après piqûre (extrêmes 2 semaines à 2 ans)
  • PCR pour borrélies sur biopsie synoviale (plus sensible que sur liquide synovial)

Neuroborreliose

  • Pléiocytose lymphocytaire dans le LCR
  • Production d’anticorps intrathécaux en comparant les taux d’IgG et d’IgM spécifiques dans le sérum et le liquide céphalo-rachidien
  • La PCR pour borrélies ne peut être interprétée qu'en cas de positivité (sensibilité basse)

Cardite

  • Troubles de la conduction atrio-ventriculaire allant de la prolongation de l’interval PQ jusqu’au bloc AV total.
  • Les pacemakers temporaires ne sont que rarement nécessaires, car le bloc se résout après 2 à 6 semaines spontanément
  • Début aigü environ 3 semaines après la morsure de tique (4 jours à 7 mois).

Thérapies standards

Manifestations cutanées

  • Erythème chronique migrant (sans cardite, sans symptômes neurologiques)
    • Doxycycline 100 mg PO toutes les 12 h pendant 10 jours
  • Acrodermatite chronique atrophiante (tous les stades):
    • Doxycycline 100 mg PO toutes les 12 h pendant 21-28 jours

Arthrite

  • Doxycycline 100 mg PO  toutes les 12 h pendant 30-60 jours

Cardite

  • Cardite avec au maximum un bloc a.-v. de deuxième degré:
    • Doxycycline 100 mg PO toutes les 12h pendant 14-21 jours
  • Cardite avec bloc a.-v de troisième degré:
    • Ceftriaxone 2 g IV toutes les 24h pendant 28 jours

Neuroborreliose

  • Paralysie faciale isolée sans autre troubles neurologiques:
    • Doxycycline 100 mg PO toutes les 12 h pendant 14 - 21 jours
  • Neuroborreliose y compris polyneuropathie:
    • Ceftriaxone  2 g IV toutes les 24 h pendant 28 jours

Traitement alternatif en cas d'allergies ou en cas de contre-indications:

  • Manifestations cutanées:
    • Amoxicilline 500 mg PO toutes les 8h 21-28 jours (Acrodermatite chronique atrophiante)
    • Cefuroxime 500 mg PO toutes les 12h (enfants: 15 mg/kg PO toutes les 12h) 14-21 jours
    • Azithromycine 500 mg PO toutes les 24h 7-10 jours
    • Clarithromycine 500 mg PO toutes les 12h 14-21 jours
  • Arthrite:

    • Amoxicillin 500 mg PO toutes les 8h 30-60 jours

  • Cardite avec bloc a.-v.:

    • Ceftriaxone  2g IV toutes les 24h 14-21 jours  pour les blocs jusqu'au deuxième degré, 28 jours pour les blocs du troisième degré

  • Neuroborreliose

    • Ceftriaxone  2g IV toutes les 24h 28jours

  • Problème: les symptômes non-spécifiques sont fréquents dans la population générale de même que les résultats positifs de sérologie; la corrélation entre les deux n'est pas établie.
  • La pathogénèse est (encore) inconnue
  • Un diagnostic probable de SPL nécessite les éléments suivants :
    • antécédents de borréliose documentés cliniquement et biologiquement
    • traitement adéquat documenté
    • Absence d'infection toujours active
    • troubles persistants (fatigue, arthralgies, myalgies, dysfonction cognitive objectivée, troubles radiculaires) > 6 mois après la fin d'un traitement antibiotique adéquat
    • cohérence avec le début des symptomes (en même temps, ou dans les six mois après une borréliose de Lyme)
    • pour faire le diagnostic, il n'est pas nécessaire de trouver des déficits objectifs au status neurologique ou au status général          
    • exclusion systematique d'autres maladies (neurologique, rhumatologique, psychiatrique...) 
  • Important:  Il faut exclure une neuroborréliose active (chercher une production d'anticorps intrathécaux par ponction lombare et index Sérum/LCR)    
  • Si le LCR est négatif ou après un premier traitement adéquat, des cures d'antibiotiques renouvelées ne servent à rien. 
  • Aucun traitement spécifique du PLS n'est validé.  Suivi symptomatique, traitement cognitivo-comportemental

Directive de référence (Base pour la version de la SSI):

Autre source:

Documentation de cette directive SSI:

  • Groupe d`experts: J. Evison,  C. Aebi, P. Francioli, O. Péte, S. Bassetti, A. Gervaixe, S. Zimmerli, R. Weber
    • Pour obtenir des informations concernant les experts, des conflit d'intérêt éventuels et l'historique de la création des directives cliquez ici
  • Cette directive fut créée par la Société suisse d'infectiologie (SSI) en suivant le concept des directives SSI du 7.5.17.

Bien utiliser les Antibiotiques

⇒ Note Fiche d`information pour les patients de la Pharmasuisse, FMH et Office fédéral de la santé publique